Comment sont fabriquées
les nouvelles conduites de Sabart ?

Comment sont fabriquées les nouvelle conduites pour le chantier de Sabart en Ariège ?

© EDF

Le site de Sabart existe depuis les années 1920. Les industriels de la vallée et les pionniers de l’hydroélectricité ont décidé d’alimenter la vallée en électricité en utilisant une ressource précieuse existante sur ces terres : l’eau. Une conduite a été créée pour acheminer l’eau des lacs de montagne à l’usine hydroélectrique de Tarascon-sur-Ariège. La force de l’eau fait tourner une turbine qui entraîne un alternateur. Dans l’alternateur, l’interaction entre les éléments aimants du rotor (partie mobile) et les bobines de fil de cuivre du stator (partie fixe) permet de produire du courant électrique.

Les travaux ont été réalisés de 1924 à 1928, les conduites ont été posées sur une pente inclinée à 73°.

Quatre-vingt-dix ans plus tard, les nouvelles conduites sont fabriquées en Ariège par l’entreprise SAVCO à Saverdun. C’est l’une des rares entreprises en France à en concevoir.

Il faut compter 7 mois de fabrication pour créer l’ensemble de ces conduites. Elles sont façonnées et roulées depuis des plaques d’acier puis soudées pour créer des tronçons. Ces tronçons seront ensuite amenés sur place pour être montés afin de former la conduite forcée sur la paroi de la montagne.

Les travaux vont consister à changer les 640 mètres de tuyaux datant de 1928 par des tuyaux modernes ayant un diamètre légèrement inférieur à celui des conduites historiques.

Les anciennes conduites seront déposées puis reprises et recyclées par un entrepreneur local (lequel ?) sur le secteur de Tarascon. Les nouvelles conduites seront ensuite posées en remplacement des anciennes. Voir mon commentaire : sur une partie, les nouvelles seront placées à l’intérieur des anciennes = innovation.

Toute l’opération de fabrication, dépose et pose des conduites va durer plus de 3 ans au total.

Les anciennes conduites de Sabart, qui vont être remplacées lors du chantier

© EDF

Les nouvelles conduites du chantier de Sabart

© EDF