L'aventure de l'eau
à Sabart

Exploitée depuis plus de 80 ans par EDF

À la fin du 19ème siècle, l’agriculture sur la vallée de Tarascon s’efface au profit de l’industrialisation et de la géographie de la vallée propice à l’installation de forges hydrauliques.

Tarascon-sur-Ariège et le site de Sabart se situent à la croisée de l’Ariège et du Vicdessos, deux rivières permettant de créer de l’électricité.
Une première centrale hydraulique est créée/construite à Auzat au début du 20ème siècle, puis en suivant, Georges Vergès crée la Société des Produits Electrochimiques et Métallurgiques des Pyrénées, et construit une usine d’aluminium qui utilise l’énergie hydraulique.

Dans les années 1920, afin de produire une énergie verte, les pionniers de l’hydroélectricité ont eu l’idée de creuser dans la montagne une galerie de plus de 10 kilomètres permettant de transporter, grâce à des tuyaux géants, l’eau de la vallée du Vicdessos et de la prise d’eau de Montréal jusqu’à des turbines situées à Tarascon-sur-Ariège.

L’usine hydroélectrique de Sabart a été mise en service pour la première fois en 1928. Pour la faire fonctionner, ces tuyaux géants, appelés conduites forcées, ont été installés sur la paroi de la montagne. La pente des conduites a été calculée au plus proche de la paroi et l’usine créée juste en dessous de l’arrivée d’eau pour avoir une puissance maximale.

La première usine a été abandonnée en 1986 et déplacée d’une centaine de mètres pour permettre un rejet dans la rivière plus sain et plus efficace.
Les galeries ont été supprimées pour permettre une meilleure préservation de l’énergie électrique.

La chute nette représente 221m pour une pente au maximum de 73°.
Les conduites forcées font 460 mètres de long, elles sont ancrées dans des massifs en béton et posées sur des pilettes en acier.

À l’époque, les méthodes de soudure étaient totalement différentes d’aujourd’hui. En effet, seules trois techniques existaient : le rivetage, la soudure au gaz à l’eau et les liaisons bride à bride (entre tuyaux à l’aide de boulons).

La création et la mise en place des conduites forcées a permis le développement de la métallurgie et l’installation de Forges Hydrauliques sur Tarascon-sur-Ariège ainsi que d’usines électrochimiques. Avec la création de l’usine de Sabart de la Compagnie A.F.C, deux cités ont été créées autour de Tarascon, la Cité de l’Ayroule et la Cité Saint-Roch. Le nouvel hôpital de Tarascon a également été construit en lien avec l’entreprise gestionnaire de l’usine.

Ces conduites ont créé une profonde transformation de la vallée permettant à l’usine de se développer, permettant à la ville de dépasser les 2 500 habitants, de créer de la vie au carrefour des deux vallées. L’usine a également conçu une passerelle, celle de Sakany, pour permettre aux agriculteurs et aux bovins de traverser les conduites et de rejoindre Alliat.

Durant la guerre, l’armée allemande a bombardé le haut des conduites forcées qui portent encore les stigmates de cette attaque. Le but était d’arrêter la production hydroélectrique de la centrale fournissant toute la vallée en électricité et permettant de faire fonctionner l’usine.

Dans les années 1980, de grands barrages et des usines de production par turbine ont été construits pour développer la production hydroélectrique, le barrage de l’Etang de Soulcem en 1980,…

Aujourd’hui, 90 ans plus tard, nous mettons à profit toutes les compétences des hydrauliciens d’EDF pour pérenniser et moderniser ces installations créées par nos anciens, les pionniers de l’hydroélectricité.